Equipes/Pilotes 2020
Retour

Grand Prix de Grande-Bretagne 2018

Course

08/07/2018 - 15h10

#
Pilote
Ecurie
Temps
Pneus
1
Vettel
Ferrari
2
Hamilton
Mercedes
+ 2''264
3
Raikkonen*
Ferrari
+ 3''652
4
Bottas
Mercedes
+ 8''883
5
Ricciardo
Red Bull-Renault
+ 9''500
6
Hulkenberg
Renault
+ 28''220
7
Ocon
Force India-Mercedes
+ 29''930
8
Alonso
McLaren-Renault
+ 31''115
9
Magnussen
Haas-Ferrari
+ 33''188
10
Perez
Force India-Mercedes
+ 34''708
11
Vandoorne
McLaren-Renault
+ 35''774
12
Stroll
Williams-Mercedes
+ 38''106
13
Gasly*
Toro Rosso-Honda
+ 34''129
14
Sirotkin
Williams-Mercedes
+ 48''113
15
Verstappen
Red Bull-Renault
Tour 46, 5e :
AB
Grosjean
Haas-Ferrari
Tour 37, 11e : Accrochage
AB
Sainz
Renault
Tour 37, 12e : Accrochage
AB
Ericsson
Sauber-Ferrari
Tour 31, 14e : Sortie de piste
AB
Leclerc
Sauber-Ferrari
Tour 18, 8e :
AB
Hartley
Toro Rosso-Honda
Tour 1, 20e :
* Raikkonen : 10 secondes de pénalité, Contact avec Hamilton
* Gasly, 10ème à l'arrivée : 5 secondes de pénalité, Contact avec Perez

Synthèse Course

Vettel remporte le Grand Prix de Grande-Bretagne devant Hamilton et Raikkonen. L'Allemand a certes bien été aidé par son équipier Raikkonen en faisant un strike sur Hamilton au départ. Ferrari semble coutumière du fait puisque Vettel avait fait de même à Bottas il y a deux courses. Les dix secondes de pénalité infligées au Finlandais ne changeront rien pour Hamilton, reparti bon dernier, devant se frayer un chemin dans le peloton.

La stratégie de chausser des gommes tendres neuves lors de l'apparition de la voiture de sécurité a été la bonne. Bottas, alors en tête, a été vulnérable avec ses gommes mediums usées. Il a surtout été impuissant devant l'attaque placée par la Ferrari. Le Finlandais a presque plus défendu lorsque ce fut au tour de Hamilton de le dépasser.

La remontée ultra facile de Hamilton a mis une fois de plus en lumière l'existence de deux championnats en un. Un rapide coup d'oeil aux meilleurs tours de la course le confirme. Liberty Media a du pain sur la planche pour trouver des solutions. Cela pourrait passer par un plafonnement des budgets notamment.

Les Red Bull n'ont pu rivaliser avec Mercedes et Ferrari. Raikkonen a été bien tendre avec Verstappen, tandis que Ricciardo n'a jamais pu dépasser Bottas, à l'agonie avec ses pneus, en fin de course.

Meilleures des autres en qualifs, les Haas étaient attendues bien placées en course. A la façon de Raikkonen, Grosjean a freiné un peu tard, sans que cela ne soit tellement nécessaire, et est entré en contact avec Magnussen. La réalisation n'a jamais pris la peine de nous montrer de ralenti. Pour parachever un énième week-end à oublier, Grosjean a fini sa course en s'accrochant avec Sainz à l'ancien premier virage à haute vitesse.

Passons sur le fait que sa Haas soit accidentée de façon répétée, même si cela a un réel coût pour l'écurie. S'accrocher avec son équipier et ruiner ainsi la course de l'équipe relève de la faute professionnelle. Encore plus dans la lutte ultra serrée pour la 4ème place des constructeurs. Renault et Force India n'en demandent pas tant.

Accroché juste derrière Hulkenberg pour la place de meilleur des autres, Leclerc faisait à nouveau forte impression après une nouvelle Q3. Malheureusement, le Monégasque a dû abandonner juste après son arrêt au stand.

Après avoir manqué la Q3, Hulkenberg a été brillant en course. Renault a adopté une stratégie très prudente en utilisant des pneus plus durs que tous les autres. En gommes dures en fin de course, l'Allemand a géré avec brio la situation, réussissant à tirer le meilleur de sa Renault, en ne se faisant pas piéger lors des restarts de safety car.

Ocon est récompensé par des bons points et prend définitivement l'ascendant sur Perez, brouillon au départ. Sachant qu'il s'est arrêté avant Bottas aux stands, le Français a réussi à bien tenir ses pneus. Cela sera-t-il suffisant pour se montrer auprès de Mercedes ?

Alonso aura effectué une belle remontée et aura fini par prendre le meilleur sur Magnussen. En lutte pour le dernier point, Gasly a tenté le tout pour le tout en dépassant Perez. Le Français a finalement été pénalisé de 5 secondes, ce qui le classe finalement hors du top 10.

Meilleurs tours

#
Pilote
Ecurie
Temps
Tour
1
Vettel
Ferrari
1'30''696
47
2
Raikkonen
Ferrari
1'30''795
51
3
Hamilton
Mercedes
1'31''245
52
4
Bottas
Mercedes
1'31''377
43
5
Ricciardo
Red Bull-Renault
1'31''589
46
6
Verstappen
Red Bull-Renault
1'32''007
42
7
Hulkenberg
Renault
1'33''405
48
8
Gasly
Toro Rosso-Honda
1'33''465
48
9
Perez
Force India-Mercedes
1'33''472
48
10
Alonso
McLaren-Renault
1'33''482
52
11
Vandoorne
McLaren-Renault
1'33''551
48
12
Magnussen
Haas-Ferrari
1'33''604
48
13
Ocon
Force India-Mercedes
1'33''606
48
14
Ericsson
Sauber-Ferrari
1'33''675
26
15
Stroll
Williams-Mercedes
1'33''869
48
16
Grosjean
Haas-Ferrari
1'34''391
28
17
Sainz
Renault
1'34''602
25
18
Sirotkin
Williams-Mercedes
1'34''620
52
19
Leclerc
Sauber-Ferrari
1'35''209
3
20
Hartley
Toro Rosso-Honda

Arrêts au stand

#
Pilote
Temps
Tours
Pneus
1
Vettel
56''851
20-33
2
Hamilton
28''982
25
3
Raikkonen
1'07''558
13-33
4
Bottas
27''894
21
5
Ricciardo
56''195
18-30
6
Hulkenberg
28''719
20
7
Ocon
29''410
19
8
Alonso
56''754
13-32
9
Magnussen
28''450
25
10
Perez
57''487
13-32
11
Vandoorne
56''942
21-33
12
Stroll
27''774
30
13
Gasly
58''442
20-32
14
Sirotkin
28''224
21
15
Verstappen
56''458
17-33
AB
Grosjean
29''254
26
AB
Sainz
57''152
17-32
AB
Ericsson
28''207
24
AB
Leclerc
27''865
18
AB
Hartley

Légende pneus

Type de gommePneus neufsPneus déjà utilisés
Hyper tendres
Ultra tendres
Super tendres
Tendres
Mediums
Durs
Super Durs
Intermédiaires
Pluie