Equipes/Pilotes 2018 Calendrier 2018

Equipes et pilotes engagés en F1 pour la saison 2017

Equipe
Moteur
Châssis
Pilote 1
Pilote 2
Mercedes
Mercedes
W08
44 Lewis Hamilton
77 Valtteri Bottas
Red Bull
Renault
RB13
3 Daniel Ricciardo
33 Max Verstappen
Ferrari
Ferrari
SF70H
5 Sebastian Vettel
7 Kimi Raikkonen
Force India
Mercedes
VJM10
11 Sergio Perez
31 Esteban Ocon
Williams
Mercedes
FW40
19 Felipe Massa (GPs 1-10, 12-20)
40 Paul Di Resta (GP 11)
18 Lance Stroll
McLaren
Honda
MCL32
14 Fernando Alonso (GPs 1-5, 7-20)
22 Jenson Button (GP 6)
2 Stoffel Vandoorne
Toro Rosso
Renault
STR12
26 Daniil Kvyat (GPs 1-14, 17)
10 Pierre Gasly (GPs 15-16, 18-20)
55 Carlos Sainz (GPs 1-16)
28 Brendon Hartley (GPs 17-20)
Haas
Ferrari
VF17
8 Romain Grosjean
20 Kevin Magnussen
Renault
Renault
RS17
27 Nico Hulkenberg
30 Jolyon Palmer (GPs 1-16)
55 Carlos Sainz (GPs 17-20)
Sauber
Ferrari
C36
9 Marcus Ericsson
36 Antonio Giovinazzi (GPs 1-2)
94 Pascal Wehrlein (GPs 3-20)




- Mercedes:
Hamilton dispose d'un contrat jusqu'à fin 2018. Celui de Rosberg, qui se terminait fin 2016, a été prolongé de deux saisons. A peine champion du monde, le pilote allemand surprend tout le monde et annonce sa retraite ! Mercedes va donc devoir se remettre de ce départ, d'autant plus difficile à digérer qu'il intervient à un moment où tous les potentiels remplaçants avaient resigné leurs contrats.
Mercedes a donc dû sortir les grands moyens pour recruter Bottas, managé par Toto Wolff. Le Finlandais aura enfin l'occasion de prouver tout le bien qu'il se dit de lui. Sa pointe de vitesse et l'expérience acquise chez Williams pourraient lui permettre d'être compétitif dès le début de la saison. Les jeunes pilotes Mercedes que sont Wehrlein et Ocon n'auront donc pas eu droit à leur chance, Mercedes ayant été trop frileux de prendre le moindre risque. Avec un transfert chez Sauber et Force India, elle ne les a cependant pas trop lésé.

- Red Bull:
Après des mouvements en cours de saison avec la promotion de Verstappen au détriment de Kvyat, Red Bull risque fort de continuer avec le même duo de pilotes. Le contrat de Ricciardo a été sécurisé très tôt dans la saison, tandis que Verstappen est là sur le long terme.

- Ferrari:
Vettel étant sous contrat, l'éternelle question d'une prolongation de Raikkonen ne s'est pas posée très longtemps. Prolongé de justesse l'an passé, Ferrari a confirmé le Finlandais pour ce qui pourrait être sa dernière année. Pas de grand chamboulement donc à prévoir, les candidats potentiels se placent déjà pour 2018.

- Force India:
Alors que tout semblait bouclé chez Force India, Perez ayant resigné après un flou autour de son contrat, c'est finalement Hulkenberg qui est parti à la concurrence. Après quatre années au sein de l'écurie indienne, l'Allemand relève le challenge proposé par Renault.
Pour remplacer Hulkenberg, les deux pilotes Manor Wehrlein et Ocon étaient en lice. Le Français a finalement été titularisé au détriment de l'Allemand. Tous deux soutenus par Mercedes, Ocon avait aussi la possibilité d'être placé chez Renault. Mercedes garde donc le Français dans son giron, avec un contrat de plusieurs années, le tout assorti d'une réduction sur la facture moteur pour Force India.

- Williams:
Massa a annoncé sa retraite à la reprise estivale. Le Brésilien est néanmoins revenu sur sa décision, précipitée par le départ de Bottas chez Mercedes. Williams ayant déjà engagé le très jeune Stroll, elle se devait de disposer d'un pilote leader et d'expérience pour mener à bien le développement de la monoplace.
Lance Stroll, tout juste 18 ans, fera donc équipe avec Massa. Le Canadien vient d'être titré au bout de sa deuxième saison de Formule 3, la même promotion qu'Ocon avait remporté en 2014 et Verstappen y avait terminé 3ème la même année.

- McLaren:
Alonso est sous contrat jusqu'en fin 2017. L'Espagnol a répété son implication dans le projet McLaren-Honda. De plus, les récentes améliorations de sa monoplace devraient faire taire les rumeurs de transfert à son égard.
En remplaçant Alonso à Bahreïn, Vandoorne s'est pour ainsi dire assuré sa place pour 2017. Brillant, ne commettant aucune erreur, le jeune Belge a même été récompensé d'un point, le premier de la saison pour l'écurie anglaise. Après avoir failli être écarté déjà en 2016, Button passe donc la main au jeune talent Belge. Le Britannique reste au sein de l'écurie, au cas où Alonso prenne sa retraite fin 2017.

- Toro Rosso:
Carlos Sainz a été prolongé pour une troisième saison chez Toro Rosso. Kvyat, rétrogradé de chez Red Bull en cours de saison 2016 pour permettre la promotion de Verstappen, a finalement été reconduit. Le Français Pierre Gasly semblait bien parti pour le remplacer, mais il faut croire que sa saison en GP2 n'a pas été si flamboyante aux yeux de la direction.

- Haas:
Après des débuts en Formule 1 tonitruants avec des points dès le début de son histoire, Haas est depuis rentrée dans le rang. Grosjean, à l'affût de la moindre opportunité dans un top team, sera de nouveau présent chez Haas en 2017. Le marché est en effet très stable.
L'incapacité de Gutierrez a marquer le moindre point et son inconstance en course face ont poussé Haas à évaluer toutes les options possibles. Ferrari aurait aimé que le pilote mexicain poursuive l'aventure mais c'est finalement Magnussen qui remplacera Gutierrez. Lassé d'attendre la décision de Renault, le Danois a préféré s'assurer une place de titulaire afin de ne pas subir la même mésaventure qu'après son passage chez McLaren, où il s'était retrouvé sans volant.

- Renault:
Après avoir effectué son retour en Formule 1 en 2016, Renault construit encore davantage pour 2017. Bien que le projet soit solide pour l'avenir tant financièrement que techniquement, l'écurie française est pour l'instant reléguée en fond de grille. Après avoir tenté d'enrôler Perez, Bottas et Sainz, elle a réussi à convaincre Hulkenberg de relever le challenge.
L'Allemand est un pilote de choix pour l'écurie française, le meilleur actuellement disponible. Lassé d'attendre la décision de Renault, Magnussen a préféré s'assurer un baquet chez Haas. Le départ du Danois a facilité le choix, c'est donc Palmer qui a été logiquement reconduit. Le Britannique aura donc certainement l'opportunité de se mettre en avant, chose qu'il était peu aisé de faire en 2016 avec une monoplace assez loin du compte.

- Sauber:
Après une année 2016 compliquée, la petite écurie suisse sauve de justesse la 10ème place au championnat. Bien qu'ayant marqué ces deux points vitaux, Nasr ne continuera pas une année supplémentaire. Ericsson a été reconduit et sera épaulé par le jeune protégé de Mercedes, Pascal Wehrlein.

- Manor :
Le petit poucet de la Formule 1 a pu faire jeu égal à plusieurs reprises avec Sauber et Renault. Manor a même été récompensée d'un point en Autriche, pour la deuxième fois de son histoire après ceux inscrits par Jules Bianchi à Monaco. Les partenariats techniques ainsi que l'apport du moteur Mercedes ont permis un bond en avant.
Malheureusement, elle termine 11ème du championnat des constructeurs et passe donc à côté des 30-40 millions de dollars, récompensant la 10ème place. L'écurie a été placée en redressement judiciaire, puis faute de repreneur, a licencié tous ses employés fin janvier. Triste fin qui laisse forcément un goût amer quant à la répartition des revenus commerciaux...