Equipes/Pilotes 2018 Calendrier 2018
Retour

Grand Prix d'Autriche 2017

Course

Essais libres
Qualifications
Grille de départ
Course

09/07/2017 - 14h

Pos
Pilote
Ecurie
Temps
Pneus
1
Bottas
Mercedes
1h21'48''523
2
Vettel
Ferrari
+ 0''658
3
Ricciardo
Red Bull-Renault
+ 6''012
4
Hamilton
Mercedes
+ 7''430
5
Raikkonen
Ferrari
+ 20''370
6
Grosjean
Haas-Ferrari
+ 1'13''160
7
Perez
Force India-Mercedes
+ 1 tour
8
Ocon
Force India-Mercedes
+ 1 tour
9
Massa
Williams-Mercedes
+ 1 tour
10
Stroll
Williams-Mercedes
+ 1 tour
11
Palmer
Renault
+ 1 tour
12
Vandoorne
McLaren-Honda
+ 1 tour*
13
Hulkenberg
Renault
+ 1 tour
14
Wehrlein
Sauber-Ferrari
+ 1 tour
15
Ericsson
Sauber-Ferrari
+ 2 tours
16
Kvyat
Toro Rosso-Renault
+ 3 tours*
AB
Sainz
Toro Rosso-Renault
+ 27 tours
(Moteur, 14e)
AB
Magnussen
Haas-Ferrari
+ 42 tours
(Hydraulique, 11e)
AB
Alonso
McLaren-Honda
+ 70 tours
(Accrochage, 19e)
AB
Verstappen
Red Bull-Renault
+ 71 tours
(Accrochage, 5e)
* Kvyat : Drive through de pénalité, Responsable de la collision du départ
* Vandoorne : Drive through de pénalité, Ignore les drapeaux bleus

Meilleurs tours

#
Pilote
Ecurie
Temps
Tour
1
Hamilton
Mercedes
1'07''411
69
2
Ricciardo
Red Bull-Renault
1'07''442
69
3
Raikkonen
Ferrari
1'07''486
68
4
Vettel
Ferrari
1'07''496
69
5
Bottas
Mercedes
1'07''847
51
6
Kvyat
Toro Rosso-Renault
1'08''061
57
7
Massa
Williams-Mercedes
1'08''419
49
8
Vandoorne
McLaren-Honda
1'08''422
67
9
Perez
Force India-Mercedes
1'08''470
58
10
Grosjean
Haas-Ferrari
1'08''590
65
11
Palmer
Renault
1'08''652
64
12
Ocon
Force India-Mercedes
1'08''659
68
13
Stroll
Williams-Mercedes
1'08''777
67
14
Hulkenberg
Renault
1'09''043
64
15
Sainz
Toro Rosso-Renault
1'09''150
42
16
Wehrlein
Sauber-Ferrari
1'09''241
60
17
Ericsson
Sauber-Ferrari
1'09''284
56
18
Magnussen
Haas-Ferrari
1'10''402
23
19
Alonso
McLaren-Honda
20
Verstappen
Red Bull-Renault

Arrêts au stand

#
Pilote
Temps
Tours
Tours
1
Bottas
22''387
41
2
Vettel
21''750
34
3
Ricciardo
21''713
33
4
Hamilton
20''761
31
5
Raikkonen
21''662
44
6
Grosjean
22''026
36
7
Perez
22''030
35
8
Ocon
22''176
42
9
Massa
20''977
47
10
Stroll
21''332
35
11
Palmer
22''233
34
12
Vandoorne
37''920
31-44
13
Hulkenberg
21''977
14
14
Wehrlein
22''414
35
15
Ericsson
22''339
34
16
Kvyat
1'12''020
1-9-55
AB
Sainz
21''659
40
AB
Magnussen
AB
Alonso
AB
Verstappen

Légende pneus

Type de gommePneus neufsPneus déjà utilisés
Ultra tendres
Super Tendres
Tendres
Mediums
Durs
Intermédiaires
Pluie

Synthèse Course

Bottas remporte le Grand Prix d'Autriche et voudrait bien se mêler à la lutte pour le titre mondial. Vettel accentue son avance sur Hamilton, pendant que Ricciardo enchaîne un énième podium et Verstappen un énième abandon. Hamilton limite la casse avec la 4ème place.

Autant on avait vibré à Bakou, autant on a vibré d'ennui à Spielberg. Seuls le départ et les tous derniers tours de course nous auront maintenus éveillés. Au milieu de ces 71 tours de course, la sieste s'imposait, encore accentuée par la réalisation et la faible action en piste. La réalisation a notamment passé le premier tiers de la course à nous montrer la remontée dixième après dixième de Hamilton sur Raikkonen

Passé ce constat un peu dur, il s'est (quand même) passé des choses dans les vallées autrichiennes. Une stratégie osée a permis à Hamilton de se défaire de Raikkonen. Le Britannique a effectué bien plus de tours en ultra tendres qu'en super tendres. La longévité des ultra tendres était assez impressionnante d'ailleurs. Il était intéressant de pouvoir visualiser la forte dégradation des gommes Pirelli, obligeant les pilotes à jouer de leur volant.

Si Mercedes a réussi son coup avec la stratégie de Hamilton, elle a pris des risques pour Bottas. Confortablement en tête avec un petit matelas d'avance, le Finlandais a changé ses gommes sept tours plus tard que Vettel. La Mercedes est ressortie de peu devant la Ferrari et Bottas n'a pas pu se reconstruire son avance. Au contraire, il a été mis sous pression par l'Allemand, en gommes plus usées que lui en théorie. Peut-être aurait-il mieux valu arrêter le Finlandais un tour après Vettel.

Profitant à fond des mésaventures de Hamilton et des performances au rabais de Raikkonen, Ricciardo s'illustre encore. Red Bull pourra remercier Kvyat d'avoir provoqué l'accrochage du départ et mis hors course Verstappen. Les fans néerlandais présents en masse sur le circuit ont dû apprécier de ne pas voir courir leur protégé. Il est vrai que si Max ne s'était pas élancé de manière catastrophique, il n'aurait pas été aux prises avec Kvyat et Alonso.

Les rumeurs parlent beaucoup d'un éventuel remplacement de Palmer par Kubica chez Renault en cours de saison. On pourrait se poser la question du remplacement de Raikkonen et de Kvyat également, qui ne brillent pas particulèrement.

Le meilleur des autres a été Grosjean. Le Français a été excellent au volant d'une Haas, qui a semblé transfigurée ce week-end. Comme en Australie, Romain s'est brillamment qualifié en 6ème position. Quelques instants 4ème après le départ, devant un certain Raikkonen, on ne l'avait pas vu à pareille fête depuis longtemps. Il est dommage que Magnussen ait connu des soucis en qualifications puis en course, cela aurait permis de juger davantage cette performance et à Haas d'inscrire de plus gros points.

Les pilotes Force India ont continué leur duel, mais à distance raisonnable cette fois-ci. Assez étrangement, la stratégie d'Ocon a été décalée. Le Français a effectué son arrêt sept tours après son équipier, comme si l'écurie avait voulu maintenir un écart suffisant pour qu'il n'y ait pas de problème entre ses pilotes. Ocon s'est d'ailleurs retrouvé sous la menace directe de Massa.

Le calvaire de Williams continue cette saison. Elles ont toutes les deux éliminées en Q1, alors que l'Autriche est leur circuit favori depuis des années et que Massa y avait même signé la pole il y a quelques années. Profitant de l'accrochage du premier tour, Massa et Stroll sont rentrés dans le top 10 et sont parvenus à maintenir leurs positions.

Derrière les Williams, les McLaren, Renault et autres Toro Rosso et Sauber étaient trop loin du compte pour pouvoir espérer quoi que ce soit. Mention spéciale à Palmer, à une demi-seconde du top 10, qui a éclipsé un Hulkenberg bien terne en course, devancant de bien peu les Sauber. Il aurait été intéressant de voir ce que Alonso aurait pu atteindre comme position sans le bowling de Kvyat, comme il l'a dit à la radio. Malgré un drive through, Vandoorne termine 12ème. Les points étaient certainement à la portée de McLaren.